L’Eveil du Printemps … digne « fils » de Chéreau

Après s’être penché sur l’exploration du sentiment amoureux, des modes et des convenances classiques à travers un jeune Marivaux (cf le Petit Maître Corrigé), Clément Hervieu Léger se frotte cette saison  à une jeunesse moins bienséante avec  un texte jugé, à sa création, scandaleux et pornographique puisqu’il osait balancer à la figure d’une société bourgeoise…

Lire plus

Faust … Spectateur as tu vendu ton âme ?

Il n’est jamais facile de se confronter à un mythe et le spectateur assidu que je suis devrais savoir que cela expose souvent à des désillusions. Il n’empêche … voir ce Faust de Goethe (1808) pour la première fois dans une nouvelle production de la Comédie Française avait bien de la gueule sur le papier. D’autant…

Lire plus

Peau de Vache … Ladesou show

Dévorant sans préjugé tout le Théâtre avec une assumée gourmandise comme on le ferait d’une énorme pâtisserie crémeuse, Michel Fau s’attaque à une nouvelle pièce « de boulevard ». Ainsi, fidèle à Barillet et Grédy dont il avait monté Fleur de Cactus avec Catherine Frot, il choisit cette fois à Peau de Vache (1975) qu’il met en…

Lire plus

Arlequin (Jollyment) poli par l’Amour…

Encore un Marivaux inconnu !! après l’Héritier du Village, le TnbA propose cette année l’une des premières apparitions d’Arlequin dans l’une des premières pièces du célèbre auteur français. Cet Arlequin poli par l’Amour est écrit dans un langage simple et peu verbeux  (je devrais en prendre de la graine) en raison du français assez limité des…

Lire plus

Poussière … requiem pour 10 vieux !

« J’ai attendu avec impatience de devenir vieux …parce que cela pouvait être un moyen d’échapper à ce que les gens attendent de vous« . C’est avec ces mots que Lars Norén, un des fleurons de la littérature contemporaine suédoise fait son entrée dans la grande salle de la Comédie Française, invité par Eric Ruf à créer…

Lire plus

Macbeth … exsangue et atone !

Très attendue dans la saison théâtrale parisienne et aussi très bien vendue par une visuel plus qu’alléchant … on parle aujourd’hui de la création de Macbeth par Stéphane Braunschweig à l’Odéon Theâtre de l’Europe. S’attaquer à ce monument doit être impressionnant quand on est metteur en scène, en raison de tout l’inconscient collectif qui tourne…

Lire plus

La Tempête … de l’abstraction nait la clarté

Cette Tempête est, parmi les propositions très alléchantes d’une belle saison, l’un des spectacles très attendus de la Comédie Française avec l’entrée dans la légendaire maison de Robert Carsen, metteur en scène reconnu (et adoré) à l’opéra mais encore peu familier du monde du théâtre. Son adaptation de l’une des pièces de Shakespeare les plus…

Lire plus

Après la pluie … huis clos fumant

Ecrite en 1993 par Sergi Belbel, Après la pluie est proposée de manière assez surprenante par la Comédie Française que l’on n’attend pas forcement dans ce registre mais qui (j’allais dire « une fois encore ») affirme ses infinies ressources et son adaptabilité à de nouveaux terrains. Huis clos en plein air, ce qui est déjà un…

Lire plus

Le Petit-Maître Corrigé … le charme de(s) l’ancien(s)

La Comédie Française reprend salle Richelieu la création d’un inédit de Marivaux … et pour cause jusqu’à sa sortie des tiroirs l’an passé ce Petit-maitre Corrigé n’avait été joué que deux fois en 1734 avant d’être immédiatement retiré suite au fracassant naufrage de sa création. On y hua tellement, se dit-il, qu’on n’aurait même pas…

Lire plus

Festen … lente et amère digestion

Après le succès de Nobody, Cyril Teste retrouve les principes du « dogme » de Thomas Vinterberg et de plus près encore puisqu’il s’attaque directement à la mise en scène théâtrale de Festen, que le réalisateur danois avait présenté en 1998 au cinéma. Le challenge est de représenter une pièce de théâtre en la filmant pour en…

Lire plus