Grève du Ballet de l’Opéra de Bordeaux

17621786_10150782058974950_2630294020674794143_o

Ce jeudi 30 mars 2017, le Ballet de l’opéra de Bordeaux a choisi de ne pas assurer la représentation de la Première de Quatre Tendances, leur rendez vous annuel avec la danse « contemporaine » (s’il faut encore classer les types de danses) . Quatre talentueux chorégraphes, actuels et donc en pleine immersion avec le monde dans lequel nous vivons, et non pas sortis d’un musée poussiéreux comme on veut nous le faire croire quand on nous parle de ballet, ont fait travailler pendant de longues semaines ces artistes pour présenter 2 créations, une re-création et la reprise d’un ballet emblématique de ces dernières années. Et pourtant, pour défendre leurs contrats malmenés par une direction et une politique culturelle obtuses, ils ont choisi de renoncer ce soir à présenter le fruit de leur travail, de leur souffrance physique, de leur investissement émotionnel et personnel, d’une certaine forme d’abnégation de leur vie privée pour défendre leurs droits, leur carrière, leur place dans la vie culturelle française. Lire la suite « Grève du Ballet de l’Opéra de Bordeaux »

Publicités

Le Bourgeois qui n’était pas gentilhomme

2048x1536-fit_bordeaux-20-septembre-2011-les-coulisses-de-l-opera-au-grand-theatre-de-bordeaux-les-costumieres

« Depuis un certain nombre d’années, les artistes se sont embourgeoisés dans leurs institutions culturelles «  … ces propos, sortant, de la bouche d’une personne n’ayant aucun rapport direct le milieu artistique et assez peu de neurones pour réfléchir à ce qu’il y a en amont de deux heures de spectacle auraient pu tomber aux oubliettes … sortis, selon certains auditeurs présents à cette conférence sur les politiques culturelles, de la bouche de l’ administrateur général d’un Opéra National chargé d’épauler un directeur surement jugé trop artiste pour faire ce job administratif tout seul, fait en revanche grincer des dents … surtout en plein vent de colère dans ledit Opéra National.

« Embourgeoisés » dites vous … entendez vous par là monsieur Lombardie qu’ils se la coulent douce en profitant oisivement de la manne ô combien prolifique qui se déverse on le sait bien dans le monde culturel français ? entendez vous monsieur Lombardie qu’ils sont oisifs ces artistes qui on le sait aussi bénéficient d’un statut de fonctionnaire et peuvent rester à vie dans l’institution qui les emploient ? entendez vous monsieur Lombardie qu’ils ne donnent rien en échange du salaire surement gras et écoeurant qui leur tombe tous les mois dans la pitance ? Lire la suite « Le Bourgeois qui n’était pas gentilhomme »

Même la Russie bolchévique n’avait pas osé dire çà …

grand-theatre-de-bordeaux-2_1000x450

Le Ballet de l’Opéra de Bordeaux est en pleine représentation de Coppélia dans la version de son directeur Charles Jude. La compagnie s’y illustre avec une rare perfection ainsi qu’une envie de danser et une joie communicatives à en juger par les sourires des spectateurs à la sortie et l’enthousiasme lors des saluts. Et pourtant sous les sourires et les strass couve un grave problème : Sept (certains parlent de dix) postes de danseurs du ballet seront gelés (comprendre non renouvelés) l’année prochaine amputant la compagnie d’un effectif non négligeable. La cause est bien évidemment financière : « nous n’avons pas les moyens de maintenir un effectif de 39 danseurs » déclare dans le quotidien SUD OUEST le conseil d’administration de la régie personnalisée de l’Opéra de Bordeaux. Lire la suite « Même la Russie bolchévique n’avait pas osé dire çà … »

POKEMON GO ou quand tombe la dernière barrière de l’imaginaire acréatif

4766993lpw-4780139-jpg_3678286

La saison culturelle marquant sa pause estivale il m’a fallu trouver un support à mon imaginaire ailleurs … je me suis donc penché sur un nouveau loisir : la chasse au Pokemon ! Non je vous rassure je n’ai pas téléchargé l’appli et je ne cours pas dans les parcs après Tiplouf ou Pikachu … j’ai juste essayé de comprendre comment l’humain du XXI ème siècle avait pu perdre ses caractéristiques justement humaines au point de laisser les géants de Silicon Valley envahir sa réalité. Si la pensée fait de nous des humains et nous distingue des bêtes sauvages, la notion d’imagination qui en découle est une caractéristique de l’Homme. Sûrement qu’aux origines elle n’a été déclenchée que par la rêverie et la culture orale (entendez par là récits et contes) ; au fil de l’évolution et du progrès technologique elle a eu besoin de supports pour se développer : l’écriture et l’invention de l’imprimerie ont favorisé le développement d’une imagination littéraire, l’avènement de l’image a permis la représentation de mondes et personnages imaginaires notamment avec le cinéma, le triomphe du numérique a littéralement permis de pénétrer des mondes imaginaires avec le cinema 3D et la culture geek. Et paradoxalement plus le support prend de l’importance et devient performant plus la réelle capacité imaginative de la société semble diminuer. Lire la suite « POKEMON GO ou quand tombe la dernière barrière de l’imaginaire acréatif »

Joel Dicker est il un imposteur ?

 

Joel-Dicker

La lecture de son dernier roman m’avait un peu troublée car si je n’avais pas réussi à décrocher du Livre Des Baltimore, saga familiale pleine de rebondissements savamment distillés sortie à l’automne dernier (oct 2015), il me restait quand même en tête après avoir refermé ces presque 500 pages la sensation désagréable d’avoir été enfumé, roulé dans la farine et abusé par cet écrivain pourtant présenté comme talentueux par la critique et particulièrement télégénique et loquace quand il s’agit de parler de son livre. Lire la suite « Joel Dicker est il un imposteur ? »

Mais t’es où ? pas là … si mais bien caché !

 

1516_06_Giselle_1600x900
@Angela Sterling pour le Dutch Nationa Ballet

Le printemps arrive et fleurissent avec lui des articles sur la disparition des chorégraphes classiques et néo classiques, alimentés par l’approche de la finale du Concours de jeunes chorégraphes de Biarritz sous le haut patronat non pas de son altesse la princesse Caroline de Monaco mais plus simplement de l’Opéra de Bordeaux et du Malandain Ballet Biarritz avec le soutien du Ballet du Capitole de Toulouse  (ce triumvirat ayant formé le Pôle de Coopération Chorégraphique du Grand Sud Ouest… oui j’avoue rien que le nom c’est chiant ! et l’on pleure les moments où Roland Petit débarquait chez Cocteau en lui disant « trouve moi un sujet de ballet, Pablo s’occupera des décors » sans que tout cela soit estampillé de la gueule de Marianne et du logo Ministère de la Culture et de la Communication) … mais que voulez vous les temps changent ! Lire la suite « Mais t’es où ? pas là … si mais bien caché ! »

L’homme qui n’en finit pas de partir …

862656-millepied2

Je m’étais déjà étouffé en découvrant la saison « classique » échafaudée par un Benjamin Millepied qui en avait déjà un dans la tombe (il fallait bien s’attendre à ce que quelqu’un fasse un faux pas et chute dans la trappe laissée ouverte devant un « ci git Giselle sacrifiée à la vision américaine du classicisme ») et voilà qu’une note laconique explique qu’en plus de s’être auto programmé à deux reprises dans sa future saison annoncée quelques jours après sa démission, Benji 1001PATTES annule sa création  prévue en juillet 2017 pour des raisons de logistique … Il est vrai qu’à l’heure où twitter diffuse l’inutile avec une célérité qu’Einstein aurait du mal à rapprocher de celle de la lumière et à une époque où aucun pseudo créateur faisant le buzz ne conçoit sa vie sans jet lag on comprend tout à fait que l’ancien directeur de l’Opéra de Paris ne puisse quitter Los Angeles pour dégager du temps de travail à Paris autour du grand ballet qu’il avait prévu d’y donner avec le plasticien Philippe Parreno … Quand il est sur place il n’a pas le temps de créer et veut partir, quand il est parti il n’a plus le temps de revenir créer … mon Dieu que tout cela est compliqué !! nul doute que la direction de l’Opéra n’est pas non plus très claire dans cette annulation mais ce jeu de chaises anti musicales est lassant pour le public qui se voit balloté de programmations discutables en rebondissements médiatiques dignes de la presse people.

Remplacer la création (qui aura lieu affirme Benji, mais surement pas à Paris) par une entrée au répertoire d’un ballet de Anna Teresa de Keersmaecker est la cerise sur le gâteau,  le pompon du Mickey … bref la dernière aberration qu’il manquait pour clore la future saison. Déjà programmée dans une création de l’opéra Cosi fan Tutte n’y avait-il pas mieux à faire que de doubler encore un chorégraphe dans une saison qui semble faite pour un bègue tellement le programme semble déjà tourner en boucle : Forsythe, Balanchine, Forsythe, Balanchine, (et je passe sur le programme de l’école de danse : Forsythe, Balanchine !) … autant dire que non cette annulation ne me plait pas et que non le choix fait en substitution ne me plait pas non plus !

et sinon irez vous voir la compagnie de Benji au théâtre des Champs Elysées  à la rentrée 2016 , tant qu’il sera encore à Paris ?! attendez vous en tout cas à frôler l’indigestion médiatique à ce moment là … mais d’ici là foutez lui la paix , laissez le partir et laissez nous tranquilles !

848955-prodlibe-millepied
Entrer une légende

Benjamin Millepied, lors de la conférence de Stéphane Lissner à l’ Opéra Garnier, le 4 février Photo Albert Facelly pour Libération