ROMEO ET JULIETTE … l’avenir est à construire

C8_6SKLXUAAg0FQ.jpg-large

Le hasard fait parfois bien les choses : en programmant son Romeo et Juliette créé en 2009, Charles Jude, directeur du Ballet de l’Opéra de Bordeaux depuis plus de 20 ans n’imaginait sûrement pas que ce serait avec le plus personnel de ses ballets montés pour la compagnie que se terminerait son mandat passionné. Poliment conduit vers une retraite anticipée par une direction générale dont les intentions envers la danse semblent aussi franches qu’une accolade de Tartuffe, ses fonctions se sont en effet arrêtées lors de la première de cette belle série. Le hasard fait souvent bien les choses … cette série a permis de montrer comment après une période un peu bancale suite aux départs de certains piliers il y a quelques années, la compagnie sous l’impulsion de son directeur a su retrouver des solistes et un corps de ballet capables de défendre dignement son rang parmi les rares compagnies à pouvoir proposer ce genre de répertoire dans des productions de qualité.  Lire la suite « ROMEO ET JULIETTE … l’avenir est à construire »

Publicités

La Sylphide (2) … de ceux dont le talent devrait être mieux récompensé

qzsshe9g3hgd6tpxiten

Une Sylphide est morte qu’une autre la remplace déjà … et une toute nouvelle : pour Hannah O’ Neill c’est une prise de rôle, fugace qui plus est, car elle hérite du rôle titre pour la dernière représentation uniquement. Tout comme pour son partenaire Vincent Chaillet. « Comment? » vous dites vous .. « il est allé voir deux Sylphides en moins de 24h … Quelle drôle d’idée !! ». « Non point » vous répondrai-je ! faites en l’expérience et vous verrez que rien ne ressemble moins à un ballet que le même ballet dansé par un cast différent. Et cette version de La Sylphide en est une preuve édifiante. Si la veille, les interprètes mettaient l’accent sur la symbolique des personnages, cette nouvelle distribution prend le contre pied et livre une approche beaucoup plus concrète mais diablement efficace.  Lire la suite « La Sylphide (2) … de ceux dont le talent devrait être mieux récompensé »

La Sylphide … des étoiles montantes

gran_la_sylphide_3_christian_leiber

En parallèle de l’entrée au répertoire d’une nouvelle pièce contemporaine d’ATK, l’opéra de Paris propose une alternative classique avec la reprise de la Sylphide, ballet romantique emblématique du répertoire remonté à l’identique de la version de 1832 par Pierre Lacotte. Longtemps tombé dans l’oubli ce ballet ayant élevé « LA » Taglioni au rang d’icône, renait en effet dans les années 1970 et retrouve la place qui lui est dûe comme en témoigne les reprises régulières sur la scène du Palais Garnier. Construit sur le modèle très en vogue au milieu du XIX ème siècle (un acte concret dans le monde réel et un acte dit blanc dans un monde féerique ou surnaturel) la Sylphide de Pierre Lacotte réjouit toujours le balletomane avec ses effets spéciaux, ses créatures ailées et tout son exotisme, l’action se déroulant en … Ecosse !  Lire la suite « La Sylphide … des étoiles montantes »

Giselle … version cubaine

Cuerpo-de-baile-del-2do-acto-de-GISELLE-Foto-Nancy-Reyes
@ Nancy Reyes

Le Ballet National de Cuba en tournée en Europe fait escale à la salle Pleyel, désormais salle « polyvalente » et modulable… et cette venue est un petit évènement pour le balletomane en manque de ballet classique. Au menu : un gala accumulant toutes les passages obligés de ce genre de programme (Corsaire, Cygne, Acteon et son fameux slip en peau de léopard, …), et deux ballets « intégral » : Giselle et Don Quichotte. N’ayant pas eu de Giselle cette année et m’apprêtant à voir au moins deux Don Quichotte (Paris Bordeaux … non a priori pas le Mans) la saison prochaine, l’appel du tulle vaporeux a été le plus fort et c’est donc vers la Willi que mon choix s’est porté en ce joyeux week end de juillet. Si foncièrement la chorégraphie d’Alicia Alonso qui a excellé dans ce rôle en tant que prima ballerina ne révolutionne pas la version traditionnelle de Corrali et Perrot, il faut cependant accepter pour apprécier cette production une vision très décalée de notre interprétation européenne  Lire la suite « Giselle … version cubaine »

Un café avec … Eric Ruf

250958

A quelques volées de marches empourprées du sol des mortels, parcours ponctué d’illustres portraits, se trouve, semblant flotter dans les branches des platanes de la place Colette, une sorte de Wallalah … c’est dans son bureau, en toute décontraction et avec une aptitude déconcertante à vous mettre l’aise de son ton posé et bienveillant, que je retrouve Eric Ruf, administrateur général de la Comédie Française (entre autres activités dont il ne sera malheureusement pas directement question ici). Nommé à ce poste en 2014, il connait la maison comme sa poche et va nous expliquer son rôle de capitaine à la tête de cet immense vaisseau.  Lire la suite « Un café avec … Eric Ruf »

Hippolyte … la revanche sur Phèdre

19959267_847657632059913_7464133325959657544_n
@ Caroline Frachet

Parti pour traduire la Phèdre de Sénèque, Robert Garnier l’enrichit des questionnements de son époque (1573) sur le rapport entre le corps et l’âme, la Nature et la Religion, les pulsions et la morale … il livre un texte méconnu, parfois archaïque mais souvent ponctué de fulgurances d’une modernité étonnante, …en tout cas sublime. Partie pour présenter une pièce qui servirait de fil conducteur à l’année passée à la Comédie Française par de jeunes acteurs (trices) et metteuses en scène/Scénographe, l’Académie encadrée par Didier Sandre, sociétaire de la maison depuis 2013, livre un pur bijou de théâtre et un condensé (de deux heures quand même !) d’émotion. Il n’y eu que trois représentations au Studio Théâtre de la CF mais on espère que cette magnifique production , que le format minimaliste permet de faire voyager simplement, aura une autre vie après la fin de l’année de la promotion 2016-2017 de l’Académie. Lire la suite « Hippolyte … la revanche sur Phèdre »