Sleeping Beauty : il ne manquait plus qu’un carrosse et trois poneys sur scène

beauty_1380x591

Péplum à la cour de Versailles

Quand le tandem Petipa/Tchaikovski se lancent dans la création/composition du ballet cultissime La Belle au Bois Dormant, le chorégraphe avait dans l’idée de présenter sur la scène du Théâtre Marinskii le faste de la cour de Versailles et l’apparat de la France du Roi Soleil. Le russe Alexei Ratmanski lorsqu’il décide de reprendre ce même ballet pour les 75 ans de l’American Ballet Theater se lance dans la lourde tâche de proposer une version du chef d’oeuvre assez proche de la version originale en se basant sur le système de notation Stepanov reprenant grosso modo selon des codes a priori assez hermétiques les placements de chaque pas et de chaque personne sur scène. Lire la suite « Sleeping Beauty : il ne manquait plus qu’un carrosse et trois poneys sur scène »

Publicités