POKEMON GO ou quand tombe la dernière barrière de l’imaginaire acréatif

4766993lpw-4780139-jpg_3678286

La saison culturelle marquant sa pause estivale il m’a fallu trouver un support à mon imaginaire ailleurs … je me suis donc penché sur un nouveau loisir : la chasse au Pokemon ! Non je vous rassure je n’ai pas téléchargé l’appli et je ne cours pas dans les parcs après Tiplouf ou Pikachu … j’ai juste essayé de comprendre comment l’humain du XXI ème siècle avait pu perdre ses caractéristiques justement humaines au point de laisser les géants de Silicon Valley envahir sa réalité. Si la pensée fait de nous des humains et nous distingue des bêtes sauvages, la notion d’imagination qui en découle est une caractéristique de l’Homme. Sûrement qu’aux origines elle n’a été déclenchée que par la rêverie et la culture orale (entendez par là récits et contes) ; au fil de l’évolution et du progrès technologique elle a eu besoin de supports pour se développer : l’écriture et l’invention de l’imprimerie ont favorisé le développement d’une imagination littéraire, l’avènement de l’image a permis la représentation de mondes et personnages imaginaires notamment avec le cinéma, le triomphe du numérique a littéralement permis de pénétrer des mondes imaginaires avec le cinema 3D et la culture geek. Et paradoxalement plus le support prend de l’importance et devient performant plus la réelle capacité imaginative de la société semble diminuer.

PachirisuUn nouveau pas est franchi avec le jeu POKEMON GO qui a envahi la vie de mon entourage (que j’envisage de d’épurer d’ailleurs !), de la presse et des réseaux sociaux … Pour ceux qui vivraient coupés du monde, le principe est de capturer des pokemons qui apparaissent alors que l’on regarde la vraie vie à travers son smartphone (si tu as plus de 30/40 ans il est possible que tu ne connaisses pas ces petits monstres japonais mais rassure toi ôôôôh lecteur vénéré cela ne fait pas de toi un inculte … juste un vieux con ! je te laisse choisir en ton âme et conscience ce qui est le pire) . C’est comme çà que rue Cambon, derrière les lourds rideaux de velours d’un salon d’essayage de chez Chanel ou dans l’humide et froide cage d’escalier aux odeurs de salpêtre de ton dealer selon ton mode de vie (pour certains cela peut être les deux endroits cumulés d’ailleurs) tu peux voir sur ton smartphone apparaitre Chimpefeu ou Pachirisu. Je vous conseille pour mieux visualiser de quoi je parle, afin de ne pas vous imaginer que j’ai mal digéré mon dernier pétard fumé dans les embruns crépusculaires de la dune du Pila, de vous connecter sur le site officiel des Pokemon.025Pikachu_XY_anime_3

Bref le virtuel fait irruption dans la réalité … çà nous pendait au nez depuis longemtps et le géant GOOGLE (si tu as plus de 50/60 ans je précise qu’il faut prononcer GOUGUEUL et pas GOUGLE) en fait depuis longtemps son cheval de bataille. C’est finalement une ancienne branche de la firme qui a développé ce jeu qui ravage n’ayons pas peur des mots le monde entier. Ce qui est inquiétant c’est qu’en des temps où nous avons besoin d’un imaginaire fort pour nous détourner du stress de la conjoncture économique, de la menace terroriste et de toutes les agressions psychologiques que nous subissons via les médias et les réseaux sociaux, c’est une forme de « réalité augmentée » qui prend la place de ce que notre cerveau pourrait produire tout seul en nous incitant à un processus créatif actif là où le jeu aussi divertissant au sens pascalien soit il,  nous englue dans une passivité de mouton de Panurge. Car certes il « pimente » un environnement que nous connaissons souvent par coeur (trajet pour aller au travail, parc, couloir de métro …), au mieux il nous le refait découvrir (et je dis çà pour couper l’herbe sous le pied de ceux qui vont me dire « oui, ce jeu est bien il fait sortir et bouger les geeks qui courent dans les parcs au lieu de rester sur leur console assis dans leur canapé) il n’empêche que notre esprit est totalement passif. Passif c’est une chose, orienté en est une autre. Car au même moment que l’engouement pour le jeu se développe puissance mille, des échanges entre joueurs permettent de savoir dans quelle rue, dans quel parc, au fond de quelle cuvette de chiotte se trouve tel ou tel monstre à capturer … nous en devenons ainsi dirigés ! et quelle jouissance pour le concepteur du jeu que de savoir que sans rien faire (ou presque) il est capable de mobiliser des milliers de joueurs en même temps et de les diriger vers un point  de Central Park où il a installé LE pokemon hyper rare !! Le point positif me direz vous est que cela favorise la sortie des accrocs aux jeux vidéos hors de chez eux et que cela débouche sur une socialisation suite à l’échange d’informations concernant les lieux où l’on peut trouver les bêtes tant convoitées … Sortir le nez dans son iphone est ce vraiment sortir (c’était déjà agaçant de constater le moindre moment d’attente nous fait dégainer notre téléphone comme si le fait d’être seul et désoeuvré était une tare aux yeux du voisin lui même vigoureusement agrippé à son portable) et cette socialisation tout comme celle hypertrophiée des réseaux sociaux n’est elle pas seulement  un manifestation paradoxale d’un hyper égocentrisme ? (je n’existe que par le regard – les « like »- de l’autre, que parce que moi je sais où sont les pokemons … mais là c’est un autre aspect névrotique de la société moderne)

pokemongo
Par une fainéantise mentale, l’homme moderne a déjà laissé sa vie se faire envahir par des objets qui pensent pour lui, l’analysent et quantifient chaque fait et geste de la vie de tous les jours (on peut savoir combien de mètres on a fait dans la journée, combien de battements de coeur ont ponctué notre semaine , combien de calories on a dépensé en faisant l’amour à sa copine , la température extérieure et le degré hygrométrique pour les 15 jours à venir dans le plus improbable des bleds de l’Atacama , le nombre de like à son selfie ou à la photo instagrammée de son plat de la cantine). Il laisse à travers POKEMON GO son imaginaire entre les mains d’informaticiens et de financiers véreux capables de revendre ses moindres faits et gestes à des multinationales ou pire capables, à travers ces objets connectés dont nous ne pouvons plus nous passer,  d’orienter notre comportement. Sous un aspect ludique et socialisant, POKEMON GO continue de nous enfoncer dans un état de soumission à des processus psychologiques dont nous n’avons même pas conscience tant nous n’avons même plus le temps de nous arrêter pour réfléchir.

250px-Rondoudou-RFVFL’aspect addictif du jeu ne fait que rajouter à cette perte de liberté de choix. Quant à ceux qui vanteront les vertus thérapeutiques de cette appli , je répondrais que le jeu est depuis longtemps une voie utilisée dans le traitement des troubles mentaux (Pokemon Go est d’ailleurs une amusante façon de vivre les délires d’un psychotique : essaie de dire à ta concierge qu’elle a Rondoudou posée sur l’épaule et tu verras comment tu finiras en deux deux à Ste Anne) et que sa capacité à favoriser l’expression par exemple chez des autistes est liée à cet état d’hypnose qu’il est capable de générer …

Hypnotisé, manipulé … vous n’avez pas envie de développer autrement votre imaginaire ?
Début septembre vos théâtres rouvrent leur portes, tout l’été musées et salles d’exposition vous accueillent, villes et villages profitent des soirées estivales pour organiser des festivals de musique, de danse ou d’art de rue … des moyens de laisser libre cours à son imaginaire et d’échanger des impressions .. c’est mieux que d’échanger des créatures bizarres non ?
Alors fidèle lecteur Comme disait jadis Zazie, « mets toi tout nu si t’es un Homme » ! et Assume TA pensée, vis TON imaginaire, vibre, crée mais ne te laisse pas mener par le bout du nez .. et encore moins par un pokemon !

Publicités

Une réflexion sur “POKEMON GO ou quand tombe la dernière barrière de l’imaginaire acréatif

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s