La Reine Morte (2) : un total contrepied

image

C’est de l’avant avant dernier rang du théâtre que j’ai revu La Reine Morte de Kader Belarbi  et franchement cela change pas mal de choses … me voila déjà rassuré, la compagnie a encore des pieds (vu du parterre après réaménagement de la scène les jambes étaient coupées à mi mollet !). L’impression d’écrasement du fait de la scène aplatie s’estompe vu d’en haut ce qui donne au bal du premier acte une ampleur plus intéressante .

Cela donne aussi une meilleure lisibilité au passage des bouffons qui peine cependant toujours à convaincre. Dire qu’Alice Leloup et Neven Ritmanic sauvent cette interminable variation serait peut être excessif mais à défaut de rendre ce passage franchement divertissant ils y apportent une impression de s’amuser ce qui contraste avec l’autre couple (Diane Le Floch, Austin Lui) qui parait quant à lui beaucoup plus contraint et résigné à éxecuter ces pitreries en habits tout droit sortis des Teletubbies ou de la Soupe aux Choux. Le couple principal était interprété par Oksana Kucheruk, revenant sur scène après une longue absence et Oleg Rogachev, fraichement nommé premier danseur. Et l’impression donnée par rapport à la première distribution est radicalement différente. Là où Sara Renda et Ashley Whittle jouaient la carte de la fraicheur et de l’innocence donnant à l’histoire un coté Roméo et Juliette, le « couple » russe s’impose par son côté plus retenu et plus noble. Oksana Kucheruk, que j’ai souvent pu trouver froide dans ses rôles classiques déborde ici de féminité et rayonne littéralement sur scène . Son Ines de Castro possède à la fois ce côté aristocrate et élégant qui sied à son rang mais aussi cette touche de sensualité qui nous montre la femme sincèrement amoureuse.

20160311-La-reine-Morte-4-2Oleg Rogachev incarne un Don Pedro plus mature et moins insouciant ; ce qui ne l’empêche pas de nous offrir de beaux élans romantiques portés par sa danse virile et d’une belle fluidité. Le duo fonctionne bien et leurs pas de deux, réglés au cordeau, irradient d’inspiration. C’est toutefois dans l’acte des mariées mortes que leur maturité joue contre eux … Alors que j’avais trouvé ce pas de deux totalement abouti et convaincant avec Sara Renda et Ashley Whittle qui parvenaient à sortir de leur interprétation trop juvénile et réussissaient à merveille à nous montrer un dernier chant d’amour, ce passage m’ a paru ce soir beaucoup trop long  et comme un ralentissement dans la dramaturgie avant la scène finale toujours aussi forte. Là encore il est intéressant de comparer les interprétations d’Ashley Whittle qui nous livrait une superbe scène de folie et celle d’Oleg Rogachev plus « posée » et du coup un peu moins dramatique.
Igor Yebra s’approprie complètement le Roi Ferrante. Sa variation qui paraissait trop vigoureuse dans la première distribution devient ici plus fine et s’intègre mieux dans le fil de l’histoire. Sa prestance lui donne une autorité royale naturelle ; sa déchéance et sa soumission à ses conseillers (Kase Craig toujours aussi terrifiant) n’en parait que plus touchante. Les conseillers vu d’en haut apparaissent comme un banc de requins ; l’effet est particulièrement violent.
Enfin l’Infante était dansée par Stéphanie Roublot. Son personnage de princesse outragée est totalement aboutie et ses talents de comédienne sont une nouvelle fois mis à l’honneur : on l’entend presque parler tant ses pantomimes sont incarnées. Sa variation en revanche, bien que parfaitement exécutée, fait toujours un effet d’ovni stylistique et n’arrive pas à me convaincre.

La Reine Morte – Kader Belarbi/Ballet de l’Opéra de Bordeaux – Grand Théatre de Bordeaux         16 mars 2016

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s